• Le Cygne

     Le Cygne

    « CLIQUEZ SUR L'IMAGE POUR L'AGRANTIR »

    Le Cygne

      Si nous imaginons un oiseau majestueux, la première image qui nous vient est le cygne. Par sa candeur, il inspire une telle dignité qu’on ne peut qu’admirer sa grandeur, son élégance. Le cygne règne sur les eaux à tous les titres qui fondent un empire de paix, la majesté, la douceur, avec des puissances, des forces, du courage et la volonté de n’en pas abuser, et de ne les employer que pour la défense.  Il sait combattre et vaincre, sans jamais attaquer.  Roi paisible des oiseaux d’eau, il est en paix avec toute la Nature.  Il vit en ami plutôt qu’en Roi au milieu des nombreuses peuplades des oiseaux aquatiques, qu’il leur accorde, et ne veut que calme et liberté. 

              Le Cygne plaît à tous les yeux, par la grâce de la figure et la beauté de la forme qui répondent à la douceur du naturel, il décore, embellit tous les lieux qu’il fréquente. On l’aime, on l’applaudit, on l’admire, nulle espèce ne le mérite mieux.  La Nature en effet n’a répandu sur aucune autant de ces grâces nobles et douces qui nous rappellent l’idée de ses plus charmants ouvrages : coupe de corps élégante, formes arrondies, gracieux contours, blancheur éclatante et pure, mouvements flexibles et ressentis, attitudes tantôt animées, tantôt laissées dans un mol abandon, tout dans le cygne respire la volupté, l’enchantement que nous font éprouver les grâces et la beauté. Tout justifie la spirituelle et riante mythologie qui l’annonce, comme l’oiseau de l’amour.

              A sa noble aisance, à la facilité et la liberté de ses mouvements sur l’eau, on doit le reconnaître, non seulement comme le premier des navigateurs ailés, mais comme le plus beau modèle que la Nature nous ait offert pour l’art de la navigation. Son cou élevé et sa poitrine relevée et arrondie, semblent en effet figurer la proue du Navire fendant l’onde, son large estomac en représente la carène, son corps penché en avant pour cingler, se redresse à l’arrière et se relève en poupe, la queue est un vrai gouvernail, les pieds sont de larges rames, et ses grandes ailes semi-ouvertes au vent et doucement enflées, sont les voiles qui poussent le vaisseau vivant, navire et pilote à la fois.

              Fier de sa noblesse, jaloux de sa beauté, le cygne semble faire parade de tous ses avantages.  Il a l’air de chercher à recueillir des suffrages, à captiver les regards et il les captive en effet, soit que voguant en troupe on voie de loin, au milieu des grandes eaux, cingler la flotte ailée, soit que s’en détachant et s’approchant du rivage aux signaux qui l’appellent, il vienne se faire admirer de plus près en étalant ses beautés et développant ses grâces par mille mouvements doux, ondulants et suaves.

              Le cygne meurt en chantant et chante en mourant : il est le symbole du désir premier qui est le désir sexuel. Il forme son couple pour la vie. La légende du cygne muet dit qu'au moment de mourir il aurait exhalé pour la première fois un chant très mélodieux. En Russie le cygne est symbole d'élégance, de noblesse et de courage. Il est aussi symbole de la musique et du chant.

    Le Cygne

    Le Cygne

    Le Cygne Le Cygne
     Le Cygne  Le Cygne
    Le Cygne Le Cygne
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Blogmarks

    13 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires