• Fontaine du Fermier

    Fontaine du Fermier

    la fontaine du fermier

    Fontaine du Fermier

              La scène se passe dans un oasis en plein Sahara au sud de la Tunisie. Une ferme se trouvait au bord du chemin. Son propriétaire voyait régulièrement des gens passaient devant sa ferme, pour se rendre en ville. Le soleil étant régulièrement de la partie et, ceux-ci qui passaient étaient souvent assoiffés, vue le climat très chaud. Pour les aider, il installa une fontaine d’eau qu’il offrit gratuitement à tous ces passants et voyageurs. Les passagers sont ravis par la rencontre de cette fontaine d'eau fraîche pour apaiser leur  soif en buvant et se rafraichissant. Et même faire une petite pose.

              Chacun en profitait et tout le monde trouvait cela normal et pratique. Un jour, un promoneur zélé, prit cette eau et, arrosa tous ceux qui passaient par là, pour les rafraichir à sa manière…Il pensait qu’il n’y voyait que de l’entraide.
               Une personne qui avait peur qu’il lui souillait ses s’habits, il portait une belle tenue fraichement neuve, se sentit agressée par ce geste et vint se plaindre au fermier.
    « C’est de votre faute si cet individu m’a mouillée, je vais me plaindre au Sheikh, vous l’avez laissé faire » !
    Le fermier qui travaillait au champ pendant ce temps-là, n’avait pas passé son temps à surveiller la fontaine et tombait des nues.
    Il s’excusa, et afin d’éviter ce genre d’ennui, demanda aux passants et particulièrement à l’homme zélé, de ne prendre de l’eau que pour leur soif et celle de ceux qui donnaient leur accord.
    Mais l’individu zélé, continua de distribuer de l’eau à toutes les personnes qui passaient, allant même jusqu’à gêner le passage et gaspiller l’eau. Ceci fit monter la colère de la première personne mouillée qui s’en prit de nouveau au fermier : « Vous laissez faire n’importe quoi, c’est que vous êtes d’accord avec lui ! » Alors, devant le manque de responsabilité du distributeur d’eau, le fermier coupa l’eau du robinet qui alimente la fontaine en réfléchissant comment poursuivre à aider les personnes  sans que personne ne puisse se servir de son eau pour nuire en voulant servir…
               les passager habitués se demandèrent pourquoi la fontaine si utile était vide… et le fermier leur indiqua une autre source plus loin .
    L’homme horrifié par la décision du fermier le traita de couard et nomma la personne mouillée par toutes les injures qu’il connaissait. Le fermier lui répondit alors :
       "Dans la vie, il y a toujours la solution de choisir ce qui est le mieux pour la paix." Lorsqu’un homme se blesse, il peut passer son temps à critiquer la ronce qui l’a écorché ou commencer par nettoyer la plaie et retirer toute écharde qui a pu commettre la blessure.
    Ensuite, il panse sa plaie et nettoie l’endroit de toute ronce dangereuse.
    S’il fait l’inverse, sa plaie a le temps de s’infecter et sa colère lui provoquer d’autres blessures plus importantes.
    Il y a un ordre divin pour toutes choses. La nature est un modèle.
    L’oiseau choisit son couple et construit le nid, avant de pondre.
    Celui qui ne suit pas cet ordre, comme le coucou, va pondre dans le nid d’autrui et détruit la vie des autres, en voulant donner la vie à sa descendance.
    A chacun ses responsabilités. L’homme eut beaucoup de mal à comprendre que son attitude était celle d’un coucou qui prenait la place chez ceux qui n’avaient rien demandé.  A partir de ce jour, le fermier transforma la généreuse fontaine en distributeur d’eau équilibré et harmonieux. Un verre à la fois, impossible de remplir les seaux ni de se servir d’un  tuyau.

              À cette époque, la fontaine jouait un rôle essentiel dans l’ancienne distribution d’eau potable. À l'origine, elle se dressait sur un pilier et l'eau se déversait dans une cuvette rectangulaire  Ce pilier fut remplacé par une tête de lion d’où l’eau jaillit par la bouche de la statuette..

              Les passants trouvèrent ce nouveau système adapté à leurs réels besoins et le fermier continua tranquillement son travail.

    Morale : Qui veut aider longtemps adapte sa générosité.

    Fontaine du Fermier

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Blogmarks

    7 commentaires